Site-de-cashback

Le cashback, c'est quoi au juste ?

Le cashback c'est quoi?

C’est l’un des mécanismes promotionnels les plus populaires : le cashback signifie récupérer votre argent (espèce) en échange des achats effectués.

Aux États-Unis, terre d’expérimentation en matière de fidélisation client, c’est désormais une pratique consolidée, à tel point que chaque groupe commercial ou portail e-commerce a son propre programme. De l’autre côté de l’océan, les circuits de paiement électronique, les banques et même les grandes chaînes de supermarchés disposent d’un système de cash-back . Mais le phénomène s’installe aussi rapidement en FRANCE où, à côté des cartes de fidélité « habituelles », ont été créés des programmes de cashback qui tendent à récompenser les clients d’une autre manière qu’une collecte de points. Un exemple est EMRYS la carte , le nouveau programme qui implique des centaines de partenaires et vous permet de gagner des sous en effectuant des achats en ligne, dans les magasins (physique), associations et même faire de l’essence. Vous gagnez de l’argent à chaque achat en achetant dans les enseignes marchands partenaires (achats sur internet ou commerçant)  grâce à ce bon plan, cumuler plus de points bonus grâce à vos filleuls (par lien de parrainage)et tous cela sans codes promos.

Mais le cashback n’est certainement pas une nouveauté : plusieurs magasins, cartes de crédit, sites de paiement et applications l’utilisent depuis longtemps comme un outil promotionnel qui profite aux utilisateurs et aux entreprises. Le remboursement immédiat d’un pourcentage de la dépense, reversé directement sur le compte du client par virement bancaire, est en effet une excellente incitation à l’achat et un outil de fidélisation.

Il ne nous reste plus qu’à découvrir en détail la définition, les types et la signification du cashback : ce que c’est , en quoi il consiste, des exemples de cashback, comment cela fonctionne et comment cela pourrait changer vos habitudes d’achat et vous faire économiser de l’argent sans forcément parrainer.

Site de cashback

Cashback définition

Le terme cashback vient de l’anglais cash (« money ») et back (« retour »). littéralement, cela signifie donc obtenir un « remboursement » ou un « retour (back) d’argent (cash) ». C’est ainsi qu’on explique le secret d’un tel succès : en effet, avec le cashback on gagne en faisant des achats , puisque les magasins (physiques ou virtuels) redonnent aux clients une partie de l’argent dépensé en shopping.

Comme le rapporte Wikipédia,

Un site de cashback est un site où les utilisateurs enregistrés peuvent gagner un pourcentage en fonction de leurs achats effectués dans les magasins en ligne affiliés. Très souvent, ces sites disposent également d’un système de parrainage grâce auquel il est possible de gagner un pourcentage supplémentaire provenant des activités de leurs clients (parrainages).

A la lumière de cette définition on peut comprendre que le cashback est un réel gain ou une remise sur l’achat : il est en fait différent de celui-ci et des codes de réduction (avec lesquels il est souvent confondu) car dans le cas du cashback l’ argent est crédité à posteriori , aux frais déjà effectués.

Qu’est-ce que le cashback alors ? Un achat par lequel le client est récompensé pour avoir effectué via le site e-commerce ou auprès d’un détaillant. Le montant remboursé (cashback) est un pourcentage du montant dépensé par le client et varie d’un détaillant à l’autre, certaines entreprises offrant des taux de remboursement plus élevés que d’autres.

Le cashback est désormais reconnu comme un type de promotion idéal et de nombreuses plateformes l’utilisent: EMRYS la carte, cashback IGRAAL, Poulpéo.

QU'EST-CE QUE LE CASH-BACK

Qu’est-ce que le cashback ? Cash-back est un terme anglais qui signifie littéralement remboursement . C’est un mécanisme selon lequel une partie de la somme dépensée pour l’achat de biens et la consommation est restituée à l’acheteur , qui peut ainsi bénéficier, selon les cas, d’une remise d’argent pour chaque achat, d’un remboursement en espèces. une fois que vous avez effectué un minimum d’achat ou un bon de réduction sur vos futurs achats. Le système est né dans les pays anglo-saxons en tant que stratégie marketing et s’est récemment étendu en France, à la fois dans les achats dans des magasins réels et dans les achats effectués via des sites de commerce électronique.. En particulier, en référence à ce deuxième aspect, des sites de cashback ont ​​été créés, qui favorisent la rencontre entre l’offre et la demande, mettant les consommateurs-utilisateurs des sites de cashback en communication directe avec le e-commerce.
Pris dans son ensemble, le cash-back a un double objectif :

  • Encourager la consommation : plus les achats sont importants, plus le montant économisé est important. L’idée de gagner en dépensant, et surtout celle d’un retour d’argent à chaque achat, a un effet dissuasif.
  • Encouragez l’ utilisation des cartes de crédit et des cartes de débit .

En réalité, on le voit, le mécanisme de cash-back n’est pas totalement nouveau. Cela fait penser aux « cartes de fidélité » et aux « collectes de points » des supermarchés, utilisées depuis des décennies également en France, grâce auxquelles il est possible d’accumuler des « timbres » et des points, puis de les dépenser pour l’achat d’autres produits , offert par le même supermarché .
La différence avec le nouveau système est que, dans le cas du cash-back, il est possible d’avoir non seulement des biens de consommation, mais aussi de l’argent liquide. De plus, les points peuvent être accumulés grâce à des achats effectués non seulement à l’intérieur du supermarché mais dans de nombreux (dans certains cas dans tous) magasins, réels ou virtuels.

Comment fonctionne un programme de cashback?

Rejoindre un programme de cashback est très simple. Tout ce que vous avez à faire est de trouver celui qui vous convient le mieux en fonction de vos habitudes de consommation et de vous inscrire pour certain il vous faudra d’un parrain. À ce stade, il suffira de continuer à faire votre shopping exactement comme avant pour certaine plateforme ou juste changer votre moyen de paiement comme EMRYS la carte (carte cadeaux, chèque cadeaux ou carte bancaire EMRYS) pour obtenir des gains en espèces, de votre tableau de bord vous serez directement redirigé vers votre site préféré pour obtenir votre réduction, plus besoin de coupon à imprimer, bon de réduction ou de bons d’achat, l’activation de la réduction se fait tout seul dès votre premier achat.

Combien? Les revenus varient d’une plateforme à l’autre et en fonction des produits achetés, ils peuvent être  très généreux en terme de cashback. Sur EMRYS la carte, par exemple, vous pouvez obtenir des remboursements de 30% du montant dépensé dans les magasins partenaires + un système de coins (collecte de points) qui se cumulent et au fur et à mesure vous obtenez des sous qui s’auto-génèrent. Je vous invite activement à lire « EMRYS la carte c’est quoi ?« 

Différences entre cashback et collecte de points

Le secret et les avantages du cashback sont évidents, dans la plupart des programmes de fidélité auxquels nous sommes habitués en France ,il faut collecter des points pour obtenir des récompenses ou des réductions de prix au sein de la même enseigne ou de la même chaine, mais vous ne pouvez  pas gagner de l’argent réel en achetant dans vos magasins préférés.

L’avantage du cashback est qu’en plus de bon d’achat,  coupons de réductions et promotions normales disponibles  en boutiques  (cadeaux, remises, livraisons gratuites, etc.) peut s’ajouter le cashback qui lui est de l’argent réel que vous pourrez utiliser ailleurs du site marchand initial pour vos dépenses du quotidien, ce qui fait que votre pouvoir d’achat augmente petit à petit.

Obtenir un cash-back chez les commerçants

Le cash-back, en général, est un mécanisme qui permet d’obtenir un remboursement partiel des dépenses engagées.

Il est d’ actualité ces jours-ci que le gouvernement, dans le soi-disant «décret du 31/09/21», a prévu un système de retrait afin d’encourager l’utilisation de systèmes alternatifs au paiement en espèces des biens et services. Il devrait s’agir d’un mécanisme par lequel, en réglant l’achat de biens ou de services par carte de retraits ou de crédit , vous récupéré de l’espèce .

Imaginez ceci : vous êtes à l’épicerie un dimanche matin et vous avez besoin d’espèces pour faire d’autre courses sur le marché, à la boulangerie (commerçant du coin). Vous pouvez vous rendre au guichet automatique qui se trouve dans la galerie commerciale ou encore chercher un distributeur de billets automatique et y glisser votre carte de débit ou carte de crédit afin d’avoir du liquide

 Ou encore, vous pouvez demander un cashback directement à l’opérateur de caisse (caissier), éliminant ainsi le stress de devoir trouver un guichet automatique de disponible.

La situation ci-dessus représente la définition alternative du cashback. C’est finalement l’utilisation d’une caisse enregistreuse comme si vous glissiez votre carte de débit au guichet automatique. Lorsque vous demandez un cashback à un caissier, votre compte bancaire sera débité du montant que vous avez demandé. Cela permet de retirer les fonds de votre compte afin que l’argent puisse être placé dans votre main.

Bien que cela ne s’applique généralement qu’aux cartes de débit, il existe quelques exceptions pour les cartes de crédit.

cashback

L’opération est simple, il vous suffit de demander un montant supérieur à vos courses que le caissier tapera et il vous remettra la différence en espèce.

Exemple: Le montant de vos courses s’élèvent à 100€, vous demandez un cashback de 40€, le caissier encaisse 140€ et vous remet 40€ en espèce.

Ce système à surtout été mis en place pour les petites villes ou encore les villes en dehors des grosses agglomérations où les distributeurs de billets se font de plus en plus rares voir inexistants.

Cela permet aux petits commerçants ainsi que les vendeurs sur les marchés qui fonctionnent avec beaucoup de liquide de pouvoir continuer à vivre de leurs activités.

Quels sont les types de cash-back

Sur la base de ce que nous venons d’illustrer, il est possible d’esquisser en principe trois types de cash-back qui sont le plus souvent utilisés :

  • cash-back pour les réseaux de magasins physiques affiliés ;
  • cartes de crédit avec remise en argent;
  • cash-back Circuit magasins virtuels affiliés

Qu'est-ce que le cashback pour les circuits de magasins physiques affiliés ? 

Dans ce système, le mécanisme de remboursement repose sur les dépenses effectuées dans le cadre d’activités commerciales, qu’elles soient locales ou appartenant à des chaînes de magasins plus ou moins répandues sur le territoire. C’est le cas, outre les petits commerces, également des supermarchés, ou des agences d’assurance.
Le service cash back peut être assuré par la chaîne de magasins elle-même, ou par un intermédiaire (public ou privé) qui crée le réseau de magasins, favorisant leur visibilité par le consommateur final, qui est ainsi incité à effectuer ses achats. magasins affiliés.
Parfois, avec ce système, une « carte de remise en argent » est fournie, sur laquelle les achats de biens et services sont traduits en « points », qui permettent à leur tour de profiter du remboursement. La carte cash-back sert uniquement à enregistrer les achats et les points accumulés et, contrairement à une carte de crédit avec cash-back, il n’est pas possible d’effectuer des paiements. C’est fondamentalement similaire à une carte de fidélité.

Quel est le cashback pour les circuits de magasins virtuels affiliés ?

 Ce système fonctionne de manière similaire à celui vu ci-dessus. Les utilisateurs enregistrés (généralement gratuitement) sur les sites marchands de cashback peuvent profiter du mécanisme en effectuant des achats dans les magasins affiliés (réels ou virtuels), pour lesquels un retour d’argent est à prévoir à chaque achat.
Par rapport au cash-back dans les vrais magasins, il y a quelques différences .
Dans un premier temps, l’adhésion au service cashback s’effectue en s’inscrivant à un programme de fidélité sur un ou plusieurs sites de cashback , qui contiennent dans votre espace client des liens vers les différents sites de e-commerce où vous pouvez acheter des biens ou des services.

Deuxièmement, les achats se font en ligne sur un réseau de magasins généralement beaucoup plus vaste que les magasins physiques. Enfin, l’utilisation d’une carte cash-back n’est pas envisagée, mais en suivant les instructions fournies sur les différents sites de cashback, les achats et les points sont automatiquement enregistrés .
Il est à noter que ceux traités ici sont les types de cash-back les plus fréquents, mais il est possible qu’il en existe d’autres qui opèrent à la fois sur des boutiques en ligne et physiques.

QUE SONT LES CARTES DE CRÉDIT CASH-BACK

Qu’est-ce que le cashback dans les cartes de crédit? Certaines cartes de crédit offrent la possibilité de profiter du mécanisme que nous avons illustré dans les paragraphes précédents, en tant que service supplémentaire, qui peut être gratuit ou payant.
Les cartes de crédit cashback enregistrent les achats effectués dans les magasins affiliés, en utilisant évidemment la même carte de crédit cashback, et permettent parfois d’obtenir un retour d’argent à chaque achat, parfois le cumul de « points » qui peuvent ensuite être convertis en argent ou en bons de réduction .
Dans certains systèmes de cartes de crédit cashback, le système peut être utilisé non seulement dans des magasins affiliés réels ou virtuels, mais dans n’importe quelle entreprise. C’est le cas, par exemple, de la carte de crédit cashback proposée par certaines banques ou institutions financières.
Le système de carte de crédit cashback est connecté au compte courant, via la même carte de crédit, de sorte que le remboursement peut être crédité directement sur celui-ci. À cet égard, il existe deux types de cartes de crédit cashback :

  • carte de crédit cashback qui nécessite l’ouverture d’un nouveau compte courant ,
  • compte courant existant sur lequel placer la carte de crédit cashback.

Les prix du service de remise en argent peuvent également varier.
Souvent , ceux – ci sont libres de cartes de crédit de remise en argent : ils ne nécessitent aucun frais pour le service de remise en argent,
il y a aussi des cartes de crédit Cashback payante: qui exigent le paiement d’une somme périodique ou « unique » lors de l’ ouverture du compte courant.
Enfin, une solution intermédiaire est représentée par les cartes de crédit cashback payantes, mais gratuites uniquement si un certain seuil d’achat est atteint.
Il s’ensuit que la commodité d’utiliser le cash-back est donnée par de nombreux facteurs :

  • Le coût du service,
  • Le nombre d’achats que vous envisagez de faire,
  • Le nombre et le type de magasins affiliés.

Tout dépendra du programme de fidélité ainsi que les conditions générales de ventes. Quoiqu’il en soit vous verrez votre cagnotte augmenter quelque soit le moyen que vous utiliserez de paiement par carte (carte bancaire, carte bleue, carte cashback, chèque ou codes promo cumulables) , vous verrez que vos bons plans vous rapporteront plusieurs centimes voir des euros.

QUI PROPOSE LE SERVICE CASH-BACK

Il n’y a pas que les sites de cashback qui proposent ce service.
Le système, très attractif puisqu’il permet d’« épargner en gagnant », s’est rapidement répandu.
Le service de remise en argent peut être proposé par :

  • les mêmes commerçants , réels ou virtuels, qui vendent les produits ou services. Dans ce cas, les achats doivent évidemment être effectués au sein des mêmes magasins ou chaîne de magasins ;
  • les sociétés de remise en argent qui ne vendent pas de produits ou de services, mais s’occupent uniquement de fournir le service de remise en argent. C’est-à-dire qu’ils remplissent la fonction d’intermédiation entre les magasins et le consommateur. Ces sujets concluent des accords commerciaux à la fois avec des petites et moyennes entreprises, et avec de grandes entreprises également dans le secteur du commerce électronique, leur offrant marketing et visibilité, en échange d’une contribution économique, qui est partagée avec l’utilisateur.

Par exemple, vous pouvez profiter du service de remise en argent mis à disposition par :

  • Plateformes en ligne;
  • Entreprises de services aux entreprises ;
  • Associations professionnelles locales ou chambres de commerce ;
  • Banques et établissements de crédit ;
  • Assurance;
  • Chaînes de magasins et supermarchés

Parmi les différentes plateformes en ligne, les sites de paris cashback méritent d’être mentionnés . Parfois, le système de remise en argent est offert sur une base promotionnelle.


QUELS SONT LES AVANTAGES DU CASH-BACK POUR LES MAGASINS

Qu’est-ce que le cashback du point de vue de l’avantage pour le e-commerce affilié aux sites de cashback et en général pour les boutiques appartenant au circuit ? Le principal avantage pour les boutiques virtuelles du « circuit » est d’entrer en contact avec un plus grand nombre de consommateurs potentiels , grâce à l’attractivité de la formule. De cette façon, en payant une somme d’argent, ils peuvent augmenter leur visibilité et, indirectement, augmenter leurs ventes.
Un autre avantage du magasin est de fidéliser la clientèle , notamment dans les cas où le client ne se voit pas promettre un remboursement sur la dépense, mais un bon de réduction sur un futur achat.


QUELS SONT LES AVANTAGES DU CASH-BACK POUR LE CONSOMMATEUR

Qu’est-ce que le cashback en termes d’avantage pour le consommateur ? Le « gain » pour le consommateur peut prendre diverses formes. Cela dépend des formules de cash-back. Cela peut être, par exemple :

  • un retour d’argent pour chaque achat , effectué via le système de cash-back. Cependant, ce type de cash-back n’est pas très répandu en France . Dans la grande majorité des cas, chaque achat ne donne pas droit à un remboursement, mais un certain nombre d’achats ou de points doivent être cumulés ;
  • un retour d’argent pour chaque achat uniquement lorsqu’un seuil de dépenses est dépassé , qui peut être atteint avec un seul achat ou avec plusieurs dépenses d’un montant inférieur. Par exemple, vous pouvez être amené à effectuer un achat minimum de 1 000,00 € ;
  • un remboursement pour chaque achat uniquement lorsqu’un seuil de somme remboursable est dépassé . Par exemple, il peut vous être demandé de cumuler un remboursement d’au moins 50,00 €. Il convient de prêter attention aux cas dans lesquels cette tirelire virtuelle a une date d’expiration , après laquelle la somme non réclamée est réinitialisée ;
  • un retour d’argent à chaque achat, ou de la manière décrite ci-dessus, non pas sous la forme d’un remboursement, mais d’un bon de réduction sur les achats futurs ;
  • un remboursement à chaque achat, ou selon les modalités décrites ci-dessus, sous la forme d’une remise sur le solde mensuel dû , en cas d’utilisation d’une carte de crédit cashback connectée à un établissement de crédit.

Un autre avantage pour le consommateur est donné par le référentiel que permettent certains sites de cashback, dont nous parlerons dans les paragraphes suivants.
De plus, il ne semble pas y avoir de conséquences fiscales sur les « gains » obtenus grâce au cash-back, puisqu’il ne s’agit pas d’un revenu réel, mais d’une forme de remboursement promotionnel.


COMBIEN VOUS ÉCONOMISEZ AVEC CASH-BACK

Quel que soit le mode de remboursement, les économies pouvant être réalisées peuvent être plus ou moins élevées. Cela dépend de quelques facteurs.
D’abord, bien sûr, il y a le volume d’achats : plus vous dépensez, plus vous économisez. Ceci est également vrai en ce qui concerne le pourcentage d’épargne. Par exemple, on peut prévoir que pour des achats jusqu’à 5 000 €, vous pouvez économiser 5%, et pour des achats plus élevés, vous pouvez économiser 10%.
Dans certains cas, le taux d’épargne peut être inférieur, mais il s’applique à toute dépense et ne se limite pas aux achats effectués auprès des services affiliés.
Cependant, les avantages du système de cash-back peuvent être compensés ou réduits par le fait que, dans certains cas, pour utiliser le service de cash-back, le versement d’une somme d’argent est requis , par exemple lors de l’inscription sur les sites de cashback. , ou si vous décidez d’utiliser une carte de crédit cashback, lors de l’ouverture de votre compte courant.


QUE NOUS GAGNENT LES SITES DE CASHBACK ?

Qu’est-ce que le cashback en termes d’avantage pour les intermédiaires et les sites de cashback ? En échange du service de médiation entre l’offre et la demande, les intermédiaires et sites de cashback perçoivent une commission en espèces des magasins affiliés , qui peut être une somme fixe ou un pourcentage du volume d’affaires généré grâce à l’intermédiation .
De plus, parfois l’achat du service de cash-back et l’ inscription aux sites de cashback ne sont pas gratuits , mais pour pouvoir profiter du mécanisme de retour d’argent à chaque achat, une certaine somme d’argent doit être dépensée.
Pas seulement. Outre le revenu économique immédiat, un autre gain pour les intermédiaires et les sites de cashback est la quantité de données et d’informations qu’ils acquièrent sur les habitudes de consommation. En effet, les données personnelles constituent de véritables actifs immatériels, que les sites de cashback peuvent utiliser (par exemple avec des campagnes marketing) ou vendre. En s’inscrivant et en utilisant le service, chaque consommateur fournit aux intermédiaires (sites de cashback) des informations sur ses habitudes : quoi et où il achète, ce qu’il mange, si et quels sont ses problèmes de santé, combien il dépense ou est prêt à dépenser par mois , à quelle fréquence allez-vous au restaurant, à quelle fréquence achetez-vous une nouvelle paire de chaussures….
Sur la base de ces informations, le consommateur est « profilé ». C’est-à-dire que le profil de chacun est créé, sur la base duquel des sociétés spécialisées créent des publicités ciblées, adaptées à chaque consommateur, et donc très persuasives.
À la lumière de tout cela, il est raisonnable de croire que celui qui gagne réellement du cash back est la société de courtage (ou les sites de cash back), alors que pour le consommateur la commodité peut être très limitée voire nulle.


L’AVANTAGE CASH-BACK : LE SYSTÈME DE RÉFÉRENCE

Qu’est-ce que le cashback avec système de parrainage (parrainage en anglais) ? Certains sites de cashback offrent la possibilité d’augmenter les avantages. En effet, il est possible de recevoir un remboursement pour chaque achat effectué non seulement personnellement, mais aussi par des amis ou des personnes qui ont été invitées à s’inscrire sur les sites de cashback . Il s’agit donc d’une incitation à généraliser l’utilisation des cartes de crédit pour le cashback.
Prenons un exemple. Tizio, qui possède déjà une carte de crédit cashback avec un plan de parrainage, convainc son ami Caio de souscrire à la même carte de crédit cashback. Les achats effectués par Caio donneront à la fois un remboursement pour le même, et aussi, dans une moindre mesure, pour Tizio.
Dans certains cas, un double niveau de référence est envisagé. Cela signifie, à l’instar de l’exemple ci-dessus, que si Caio convainc son ami Sempronio de souscrire à la même carte de crédit cashback, les achats effectués par ce dernier rapporteront des économies pour tous les trois, évidemment dans une mesure différente.
Et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous puissiez « gagner » des achats de votre ami, ami, ami …….
Le système de référencement des sites de cashback approche, à certains égards, la vente de produits et services avec le système de marketing multi-niveaux .


CASH-BACK ET MARKETING MULTINIVEAUX

Le marketing multi-niveaux (MLM), qui en soi est considéré comme licite, consiste en un mécanisme par lequel un vendeur d’un produit ou d’un service, qui travaille pour une entreprise qui utilise le MLM, reçoit une commission non seulement sur les ventes effectuées personnellement, mais aussi par celles conclues par d’autres vendeurs, entrés dans l’entreprise grâce à l’invitation du premier. Et s’ils incluent d’autres personnes dans le réseau de vente, les premiers gagnent sur les ventes conclues également par ce deuxième niveau de vendeurs. Etc.
De plus, pour entrer dans le réseau de vente, le paiement d’une somme d’argent est exigé, parfois sous la forme de l’achat de biens et services que l’entreprise propose. Sur ce droit d’entrée, une partie va au « recruteur ».
Il est rappelé que, tel que décrit jusqu’ici, le système de vente à paliers multiples est légal, lorsque l’incitation économique des vendeurs consiste en :

  • principalement, dans la commission sur les ventes propres et celles des personnes « recrutées » ;
  • à un marginal ou en tout cas moins, dans une partie des effectifs des sujets recrutés.

La principale différence entre le système multi-niveaux et le système cash-back, tel que nous l’avons décrit dans les paragraphes précédents, est que dans le second il ne s’agit pas de favoriser la vente de biens et services, mais au contraire, de promouvoir leur achat.
Cela dit, même les entreprises intermédiaires (telles que les sites de cashback) peuvent utiliser le système de marketing multi-niveaux, en utilisant un système de collaborateurs qui promeuvent le service de cash-back.

remise en argent


QUAND LE SYSTÈME PYRAMIDE N’EST PAS LÉGAL

Le mécanisme de commercialisation à paliers multiples, en revanche, devient illégal lorsque, conformément à l’art. 5 de la loi 173/2005  » la principale incitation économique des membres de la structure est basée sur le simple recrutement de nouveaux sujets plutôt que sur leur capacité à vendre ou à promouvoir la vente de biens ou de services déterminés directement ou par l’intermédiaire d’autres membres de la structure . »
Autrement dit, la vente pyramidale n’est pas autorisée lorsque le principal gain du vendeur ne provient pas de ses propres ventes et de celles des sujets recrutés, mais du « droit d’entrée » de ces derniers.
Ceci est un modèle destiné à l’effondrement, car pour les nouveaux membres, après avoir payé le droit d’entrée, il est de plus en plus difficile de recruter d’autres personnes, jusqu’à devenir pratiquement impossible. Ce qui se traduit, étant le principal gain constitué par l’entrée de nouveaux membres (et non en commissions sur la vente de produits et services), par la perte inexorable de l’investissement initial.


QUAND LE CASH-BACK EST ILLÉGAL

Pas seulement. L’art. 5 cité ci-dessus poursuit en affirmant que « la promotion ou l’organisation de toutes ces opérations, telles que les jeux, les plans de développement « , les chaînes de lettres « , qui configurent la possibilité de gagner par le recrutement pur et simple , est également interdite à d’autres personnes et dans lesquelles le droit de recruter est transféré indéfiniment contre paiement d’une redevance ».
Ces opérations pourraient également inclure ces systèmes de remise en argent avec des références qui nécessitent une cotisation et qui en transfèrent une tranche au « recruteur », où cette tranche devient la principale source de revenus, reléguant les commissions sur les ventes de produits et services à un niveau marginal. ou rôle subalterne.
Comment comprendre si on est en présence d’un système illégal ?L’art. 6 de la loi précitée indique certains « signaux » ou éléments présomptifs , qui devraient conduire à soupçonner la présence d’un mécanisme illégal. Il s’agit de :
a) « l’obligation éventuelle de la personne recrutée d’acheter à la société organisatrice, ou à un autre membre de la structure, une quantité significative de produits sans droit à restitution ou remboursement du prix par rapport aux marchandises encore vendables , au moins 90 pour cent du coût initial, en cas d’échec ou d’échec partiel de la vente au public ;
b) l’obligation éventuelle du recruté de verser, au moment du recrutement et en tout état de cause comme condition de séjour dans l’organisation, la société organisatrice ou autre membre de la structure, une somme d’argent ou des titres de créance ou autres valeurs des valeurs mobilières et des avantages financiers en général d’un montant significatif et à défaut de contrepartie réelle ;
c) toute obligation de la part de la personne recrutée d’acheter du matériel, des biens ou des services à la société organisatrice ou à un autre membre de la structure, y compris le matériel didactique et les cours de formation, non strictement liés et nécessaires à l’activité commerciale en cause et en tout cas non proportionné au volume de l’activité exercée ».


LE CASH-BACK DE L’ÉTAT

Examinons maintenant ce qu’est le cashback « État » . Comme prévu dans les paragraphes initiaux, le système de cash-back a été introduit dans la loi de finances no. 160 du 27 décembre 2019 , à l’art. 1, paragraphes 288 et suivants, dans le but de favoriser le paiement « traçable » par carte de crédit ou de débit, tant en ligne que hors ligne . Ce qui, selon le gouvernement, devrait permettre de lutter contre l’évasion et la fraude fiscales.
En effet, une autre mesure prévue dans la même loi est l’abaissement progressif de la limite en dessous de laquelle il est possible d’effectuer des paiements en espèces .
Revenant notamment au cash-back, le paragraphe 288 précise : « Afin d’encourager l’utilisation des instruments de paiement électronique, les personnes physiques majeures résidant dans l’État, qui, en dehors de l’exercice d’activités commerciales, artistiques ou professionnelles, effectuent habituellement les achats effectués avec des instruments de paiement électronique auprès de sujets qui exercent des activités de vente de biens et de prestation de services, ont droit à un remboursement en espèces ».
Les conditions, modalités et montant du remboursement en argent (par exemple si un retour d’argent a été prévu ou non pour chaque achat, dans quelle mesure, avec quels critères, qui sont les intéressés…) arrêté du ministre de l’économie et des finances.
En tout état de cause, la loi de finances prévoyait déjà la couverture financière de cette mesure, avec un fonds de 3 milliards d’euros pour les années 2021 et 2022, complété par l’augmentation des recettes découlant de l’émergence de l’assiette fiscale résultant de l’application du mesure précitée. . C’est-à-dire que le cash-back visant à lutter contre la fraude et l’évasion fiscales, il s’autofinancerait grâce à l’augmentation de la « base d’imposition » qu’il a lui-même découverte.
Or, ce fonds a été vidé par le décret de relance , pour faire face aux mesures urgentes de soutien à l’économie, mise à genoux par le confinement.


CE QUE DISPOSE LE DÉCRET D’AOT SUR LE CASH-BACK DE L’ÉTAT

L’art. 73 du décret-loi 104 du 14 août 2020 (dit décret d’août) modifie la discipline qui vient d’être décrite.
L’arrêté ministériel d’application doit en effet réglementer :

  • Les cas dans lesquels vous aurez droit au cash-back.
  • Les modalités de remboursement.
  • Les critères d’attribution du remboursement, également en fonction des volumes et de la fréquence des achats.
  • Les moyens de paiement électroniques .
  • Activités pertinentes aux fins de l’attribution du remboursement.

Par ailleurs, les services de conception, de mise en œuvre et de gestion du système d’information servant au calcul du remboursement sont confiés à PagoPA SpA : société par actions détenue à 100 % par l’État, tandis que les activités d’attribution et de versement des remboursements, ainsi que toute autre instrumentales et auxiliaires, y compris la gestion des réclamations et des éventuels litiges, sont confiées à Consap – Concessionaria Servizi Assicurativi Pubblici SpA .
Enfin, la couverture économique de la mesure a été rétablie . La dotation du fonds envisagé, initialement de 3 milliards d’euros pour les années 2021 et 2022, a augmenté de 2,2 millions d’euros pour l’année 2020 et de 1 750 millions d’euros pour l’année 2021.
En conclusion, pour pouvoir dresser le bilan de ce dispositif, il ne reste plus qu’à attendre les arrêtés ministériels d’application. Selon ce qu’a récemment déclaré le ministre de l’Économie et des Finances Roberto Gualtieri , le bonus des paiements électroniques sera « un mécanisme de points, pas de remises, qui permet de cumuler l’avantage d’un certain nombre de transactions pour récupérer des ressources qui peuvent varier. en fonction du nombre de transactions, tous les consommateurs Français en bénéficieront et permettront ces remboursements par tranches semestrielles avant les vacances d’été puis l’année suivante ».